2020 : Acte deux

Malgré l’inconnue qui accompagne les mois à venir, mal de plans se forment pour continuer le travail transformationnel de l’ACT dans toute la Tunisie.

La pandémie du coronavirus a été catastrophique et perturbatrice, marquée par la peur et les pertes. Personne n’aurait pu la prévoir, et personne ne peut deviner quand elle s’achèvera. Une époque sans précédent, pandémie mondiale, restrictions et stopper la propagation : voilà les mots ou expressions qui font maintenant partie de notre quotidien.

La réponse de l’ACT à la Covid-19 est maintenant terminée, avec plus de 2 450 colis d’aide d’urgence distribués au cours des mois d’avril, mai et juin 2020. En juillet et en août tout a été finalisé, les points mis sur les i et les barres aux t, en préparation pour la pause de l’été et le traitement de l’effet domino que le coronavirus a eu sur tant de choses.

Septembre a introduit une nouvelle normalité pour tous. Alors, nous avons pensé offrir à quelques membres du personnel de l’ACT la possibilité de partager ce qui pourrait figurer dans leur agenda pendant les mois à venir…

Le projet pour influencer le changement systémique

Déployé au Nord-Ouest et dans la région du Grand Tunis

La crise et le confinement ont plutôt affecté la première phase – le renforcement de la capacité de l’ACT. Les visites aux équipes destinées à approfondir et clarifier ce qui a déjà été travaillé jusqu’au confinement ont dû être annulées.

 

La création d’un groupe pilote d’ouvriers de l’ACT – pour tester les moyens d’inclure l’autoreprésentation systémique dans la planification des projets – a également été retardée. Heureusement, une rencontre en présence avec une personne a pu avoir lieu à El Kef.

 

La prochaine étape – renforcement de capacité des partenaires de l’ACT – est maintenant prête à être lancée avec des séminaires prévus pour les 12 et 19 septembre. La préparation a fait intervenir des rencontres avec plusieurs autres organisations locales qui sont elles-mêmes impliquées dans certains aspects de l’autoreprésentation systémique, avec plusieurs bons contacts déjà établis.

 

Le travail d’élaboration de la Théorie de changement de l’ACT se poursuit. Des visites aux équipes auront lieu (nous espérons) vers la fin septembre. Elles ont pour but d’avoir une version définitive mi-octobre. Nous espérons que le travail avec les collègues de l’ACT pour le groupe pilote commencera également.

Projet d’intégration professionnelle et sociale des mères sans soutien familial

Le projet des Mères sans soutien familial (MSSF) était dans sa phase finale de réalisation lorsque la gravité du coronavirus est devenue évidente et que la décision gouvernementale de confinement national a été appliquée.

 

Pendant ce temps, les réunions et les visites aux partenaires et bénéficiaires de l’ACT ont été reportées. Le soutien a été maintenu par la réponse d’urgence de l’ACT à la Covid-19.

 

Depuis la levée des restrictions nationales de déplacement, des visites hebdomadaires ont recommencé pour les centres partenaires afin de tout boucler.

 

Dans le cadre du projet, nous avions espéré démarrer un petit projet pour les derniers mois de l’année, mais rien n’a encore émergé.

L’ACT remercie particulièrement les membres des personnels des centres qui ont été absolument fantastiques pendant la réponse d’urgence, et le Chef de Projet qui a aidé à assurer le succès de ce projet. Quel honneur de collaborer avec vous de cette manière !

Projet de développement communautaire (Phase II)

Une fois les mesures initiales de confinement allégées, les mois de juin et juillet ont vu pas mal d’activités pour le PDC dans le village de Jemaïne. Les femmes ont reçu trois jours de formation sur l’entrepreneuriat. Les formations à l’élevage de volaille ont aussi eu lieu en juillet, et un incubateur (qui peut contenir jusqu’à 500 œufs) a été fourni par le projet. Deux incubateurs de plus ont été fournis à deux associations de femmes nouvellement formées dans les villages de Safria et Elaffem-Matmata, en parallèle avec les formations à l’élevage de volaille. (Nous avons un partenariat informel avec une autre organisation qui fournit des formations dans les villages que nous choisissons).

 

Nous avons bien progressé dans l’étude des besoins d’irrigation pour les dix-huit agriculteurs à Jemaïne, avec trois visites de terrain – y compris deux visites avec les ingénieurs de notre partenaire qui sont spécialistes de l’irrigation. Il est prévu de fournir des subventions pour la réparation de quelques-uns des réservoirs d’eau et le renouvellement des matériaux d’irrigation.

 

Initialement ils avaient demandé des formations sur la production de légumes, mais il a été décidé qu’une formation à l’élevage des moutons et des chèvres, en plus d’une formation à la production de fourrage rendra davantage service la communauté. La formation est prévue pour l’automne.

 

À Erbaya, nous essayons de planifier une formation cet automne sur l’élevage de volaille avec les femmes et sur l’élevage des moutons et des chèvres avec les hommes. À plus long terme, nous explorons les emplacements possibles pour la troisième phase du PDC.

Projet de plaidoyer et inclusion pour les personnes en situation de handicap

Tous les centres partenaires de l’ACT ont été fermés à partir de la mi-mars en raison du confinement. Normalement, nous aurions effectué des visites de suivi au printemps dans chaque site pour voir comment progressaient les projets générateurs de moyen de subsistance, ainsi que les stages et les ateliers. Des conversations sur ce qu’il serait possible de faire en 2020 auraient probablement été possibles, mais pour le moment tout est en suspens.

 

En août, nous avons pu visiter l’UTAIM et AGIM Médenine pour rencontrer les administrateurs. Les activités devraient reprendre au début ou à la mi-septembre. Nous prévoyons de visiter la plupart ou la totalité des centres à l’automne pour continuer le suivi régulier (ou, comme nous sommes nouveaux dans le projet, montrer qui nous sommes et nous présenter !)

 

Les prochaines étapes prévues sont la visite de tous les centres et l’établissement des relations avec les directeurs. Nous espérons nous faire une bonne idée de ce qui a été fait à ce jour dans le cadre du projet, et nous en servir pour atteindre les objectifs du projet.

Voilà quatre de nos projets actuels, travaillant chacun pour apporter une transformation à ceux qui en ont besoin dans toute la Tunisie – agriculteurs-éleveurs, personnes en situation de handicap, mères sans soutien familial. Même si l’avenir comporte encore une part d’inconnue, l’ACT a hâte de voir ce que nous réserve le reste de l’année 2020.