Le pack Expansion

Avec l’achèvement de la première phase de ce projet, officiellement en février, nous avons pensé rendre visite à la communauté d’Ouled Souissi afin de voir ce qui s’y est passé – et quels sont les futurs plans pour le projet de développement communautaire (PDC) d’ACT dans le Sud.

Travailler avec les groupes communautaires locaux pour identifier les besoins, offrir des formations et du matériel, et lancer des activités génératrices de revenus durables, voilà ce que l’ACT cherche à réaliser dans le cadre du PDC. Après une première période de recherche, la première phase a débuté en 2018. Le village d’Ouled Souissi a été sélectionné, et au cours de l’année, ses habitants ont été bien occupés.

Que s'est-il donc passé durant la première phase ?

Les membres de l’association communautaire des femmes, qui a fait l’objet d’un article dans nos nouvelles « Des femmes apprennent », ont reçu une formation en gestion financière et administrative, ainsi qu’en projets entrepreneuriaux. Une opportunité rarement offerte aux femmes dans leur situation.

Après avoir reçu une formation en élevage de volailles au début de l’année, les femmes ont pu accueillir trois incubateurs, d’une capacité de 300 œufs chacun. Après les avoir mis en route, les femmes participantes apprennent désormais à les utiliser efficacement. Après quelques problèmes au début (dus en grande partie aux températures élevées qu’a connues la région pendant les mois d’été), elles sont maintenant sur la bonne voie et récoltent le fruit de leur travail acharné. Ou plutôt collectent les œufs et les poussins !

Il y a aussi eu plusieurs visites de suivi pour les plantations de moringa. Après avoir fourni à une sélection d’agriculteurs cette plante robuste et résistante à la sécheresse, l’ACT est venue voir comment ces plantes s’acclimataient.

Cinq agriculteurs ont planté des champs expérimentaux d’arbustes de moringa, avec globalement de bons résultats. Les principaux défis sont désormais la récolte de produits de bonne qualité (les feuilles séchées) et leur commercialisation.

Afin de promouvoir l’utilisation de technologies économes en eau, on a procédé à plusieurs essais de mise en place de diffuseurs d’eau enterrés.

Une association communautaire des hommes a également été créée, avec pour objectif de gérer l’eau d’irrigation. Malheureusement, en raison des retards répétés avec les autorisations de forage, le nouveau puits communautaire prévu n’a pas encore pu être creusé. Nous espérons que l’autorisation sera bientôt accordée !

Parmi les autres réalisations en 2019 on peut noter les subventions accordées à certains agriculteurs ou associations d’agriculteurs pour investir dans le soutien et l’entretien de leur exploitation agricole – et accroître les moyens de subsistance de leur famille.

Ce qui nous enthousiasme : plusieurs visites d’échange ont eu lieu entre les associations et des groupes similaires de la région, offrant un espace de partage d’expériences et de création de réseaux qui ont contribué à encourager l’appropriation communautaire du projet. L’ACT espère qu’avec le lancement de la deuxième phase, Ouled Souissi deviendra à son tour l’hôte de visites d’échange, consulté pour son expertise.

Nous espérons que 2020 offrira de nouvelles opportunités de formation et de visites. Ces deux activités apporteront les compétences et les connaissances nécessaires aux communautés participantes.

Qu’y a-t-il à venir ?

L’ACT est reconnaissante pour l’extension qui permettra l‘achèvement de la première phase – plus précisément, le creusement d’un puits – et le démarrage de la deuxième phase.

Le développement qui est peut-être le plus enthousiasmant pour faire bouger les choses a été la sélection du prochain village qui recevra les formations, l’équipement et le suivi dont a bénéficié Ouled Souissi.

Et les nouveaux ne perdent pas de temps !

À Jemaïne, un comité de femmes a déjà été établi. Les inscriptions à la formation d’élevage de poulets ont aussi commencé. Voyons jusqu’où irons ces femmes !

Ayant été tellement encouragée par le succès rencontré à Ouled Souissi, l’ACT est ravie de voir le projet reproduit ailleurs. C’est enthousiasmant de voir les participants se prendre en main, conscients de leurs propres besoins, et prendre l’initiative d’agir pour transformer leur communauté. Nous espérons que la deuxième phase sera pour nous une encore plus grande source d’inspiration !