Des femmes apprennent

La communauté d’Ouled Souissi, au sud de la Tunisie, bourdonne d’activités. ACT est enthousiaste devant les progrès accomplis : la communauté locale s’approprie et participe de plus en plus au projet de développement communautaire.

Commencé début 2018, le projet de développement communautaire (PDC) sur trois ans est en bonne voie. Suite au succès de la journée d’inauguration du PDC, Philippe, le chef de projet, s’efforce de mettre en route et réaliser les étapes suivantes du projet.

Et les femmes prennent les choses en main.

Beaucoup de Tunisiens se débattent avec la difficile situation économique actuelle, notamment dans les régions les plus rurales du pays. Récemment plusieurs grèves ont eu lieu pour protester contre le coût de la vie qui ne cesse d’augmenter. La pluie – ou son manque – est un sujet important pour les communautés rurales.

Heureusement, la pluie longtemps attendue est finalement tombée au début du mois. Menzel Habib a été trempée par les deux tiers des précipitations annuelles moyennes en seulement deux semaines ! La situation a énormément profité de ce cadeau du ciel.

« L’objectif général de ce projet est d’améliorer le bien-être [de la population] d’Ouled Souissi d’une manière durable, dit Philippe. Pour cela nous cherchons la croissance des revenus, l’amélioration de l’image que les femmes ont d’elles-mêmes, grâce à un travail indépendant, et une meilleure cohésion sociale grâce à l’organisation sociale. »

L’un des développements les plus prometteurs pour cette communauté a peut-être été le démarrage d’une association locale de développement pour – et par – les femmes de la communauté. Pour quelques-unes d’entre elles, c’est leur première chance de faire partie d’une telle organisation.

Les membres élues au conseil de l’association s’occupent maintenant de la gestion administrative et financière. Elles ont reçu une formation en entrepreneuriat, ainsi qu’une formation pratique à la production volaillère.

L’approvisionnement en équipement est un moyen très pratique par lequel ACT participe au développement durable. Un incubateur, capable de recevoir jusqu’à 300 œufs, a été fourni à l’association des femmes.

Deux visites d’échange avec d’autres associations similaires ont permis aux femmes de se mettre en réseau avec d’autres afin d’améliorer leurs connaissances et de s’entre-aider dans le futur.

Onze femmes ont suivi une formation axée sur l’art de tailler les oliviers, arbre d’une immense importance à la fois culturelle et historique, qui est aussi une source primaire de revenu pour beaucoup.

Il reste encore beaucoup de choses que nous espérons réaliser avec ce projet : il y a des projets pour organiser encore plus d’évènements comme la Journée d’inauguration. La formation et la production de volaille – bien que ce qui a été accompli jusqu’ici soit très encourageant – a besoin d’être renforcée et développée afin d’être durable et de bénéficier à encore plus de personnes.

Une fois la formation volaillère achevée, l’étape suivante portera sur d’autres formations à la production de moutons et de chèvres.

Les femmes et la communauté d’Ouled Soussi se rassemblent et voient les résultats commencer à récompenser leurs efforts. Les premiers mois de 2019 ont vu « un bon réseau de personnes désireuses de s’impliquer », dit Philippe.

Grâce aux activités du projet, les familles auront maintenant une capacité augmentée de revenus par le développement, les nouveaux équipements, les formations et les subventions qu’ACT a aidé à fournir.